Éditions courtes et longues
Aucun bien dans le panier
DÉCOUVREZ L’HISTOIRE ET LES AUTEURS DE LA MAISON !!!

Si vous souhaitez en savoir plus sur les Éditions courtes et longues, téléchargez le dossier de presse réalisé pour les 10 ans de la maison !

NOUVEAU CATALOGUE ! ///////////////////////////

Vous pouvez télécharger ici la plaquette pédagogique pour utiliser en classe « Créer avec… » et « Toutes mes histoires de l’art ». En partenariat avec les libraires.

Le Panda lecteur

Isabelle Simler, Heure bleue (6 mai 2015)

« Le jour s’éloigne... La nuit vient. Entre les deux, c’est l’heure bleue. »

Comment faire figurer dans un album un phénomène qu’une personne pressée ne saurait voir ? C’est le défi que semble en tout cas relever Isabelle Simler dans Heure bleue. Étrange titre pour étrange album qui nous met en transe petit à petit. L’auteure-illustratrice nous laisse voir une symphonie en bleu, une rhapsody in blue imagière, à travers une vingtaine de nuances de bleu. Les illustrations prennent toute la double page, permettant d’apprécier la finesse du crayon et du détail. Le texte s’écrase en haut de la page, s’effaçant quasiment ; il ne nous reste plus alors qu’à contempler. Heure bleue tient par ailleurs plus de l’imagier et du nuancier, puisqu’on y voit plusieurs espèces animales, et les bleus sont de plus en plus foncés.
L’album entier est basé sur le mouvement, par de multiples transitions, par les nuances qui s’assombrissent, de la fin du jour au début de la nuit, par la nature qui, au départ bruyante, se retrouve silencieuse à la fin.
Les nuances de bleus sont relativement hypnotiques je trouve, si bien que les autres couleurs présentes viennent systématiquement nous délivrer d’un enchantement dans lequel on aurait pu se retrouver enfermé. Il fallait un peu de douceur dans ce monde de brutes, et Isabelle Simler nous en donne ici, avec brio, je dois bien l’avouer. Peu à peu on quitte l’agitation de la journée pour sombrer dans la plénitude de la nature, la nuit. C’est un album qui est très, très agréable à regarder. Il convient obligatoirement de rester quelques temps sur chacune des doubles pages pour apprécier tous les détails. Bien sûr, au fil des pages, ces mêmes détails deviennent difficiles à discerner, mais ils sont bien là. Il serait faux de penser que les illustrations s’appauvrissent au fur et à mesure de notre avancée dans l’album : cela confirme bien ce que je dis depuis le début de cet article, il faut prendre son temps pour regarder, pas seulement voir, et une personne pressée ne peut pas voir.
C’est un album qui tombe très bien, dans une époque où l’on croit ne pas avoir le temps de profiter de l’instant présent.

© ÉDITIONS COURTES & LONGUES   |   Contact   |   Points de vente   |   Conditions générales de vente
Site réalisé par Mosquito et Paris-Beyrouth, Horaires cinémas, Lebanese fashion.