Éditions courtes et longues
Aucun bien dans le panier
DÉCOUVREZ L’HISTOIRE ET LES AUTEURS DE LA MAISON !!!

Si vous souhaitez en savoir plus sur les Éditions courtes et longues, téléchargez le dossier de presse réalisé pour les 10 ans de la maison !

NOUVEAU CATALOGUE ! ///////////////////////////

Vous pouvez télécharger ici la plaquette pédagogique pour utiliser en classe « Créer avec… » et « Toutes mes histoires de l’art ». En partenariat avec les libraires.

Bob et Jean-Michel

Isabelle Simler, Cette nuit-là au musée (3 février 2016)

On aimerait commenter tous les livres d’Isabelle Simler mais la vérité c’est qu’à défaut des héros de son livre, la nuit nous dormons :) Elle frappe encore avec cet album qui appelle la curiosité, éveille les pupilles à une poésie douce et lumineuse.

Cette fois-ci elle nous emmène dans l’envers du décor du musée des Confluences. Quand la nuit tombe, que les lieux se vident, un Citron de Provence prend son envol, embarquant à sa suite une nuée de papillons et vont s’agiter parmi les fossiles, les insectes naturalisés, les squelettes, les animaux empaillés...

...par magie, ils s’éveillent à leur tour, prennent vie dans l’espace du musée. Entre minéraux et objets anciens qui ont révolutionnés le quotidien de l’homme, nos petites – et grosses bêtes – s’animent tout feux tout flammes, vivent pleinement leur vie dans la nuit bleutée du musée. Ils se dégourdissent les pattes, les carapaces, les mandibules comme si l’éveil des papillons leur avait insufflé la vie et qu’ils n’étaient plus transportés que par la passion. À travers les pages, Isabelle nous présente le parcours permanent du Musée : l’origine du monde, les espèces animales et les différentes sociétés, théâtre des hommes. On voit passer sous les traits de l’auteur, le Camarasaurus qui vient tout juste d’être monté au Musée des Confluences. Une véritable visite guidée puisqu’au fil des pages, une légende est attribuée à chaque objet, un détail qui a son importance.

Quand les animaux imitent les hommes

Immobiles et inanimés le jour, les habitants du musée se laissent habiller par le regard des visiteurs curieux. Le relâchement suivi de l’euphorie qui les habite est ainsi justifié : un peu de détente leur est nécessaire. Après tout, les êtres humains fonctionnent sur ce schéma, nos habitants du Musée auraient tort de se priver. Surtout lorsqu’on a des minéraux qui font office de boule disco « Et les météorites projettent de la poussière d’étoiles ! » cette récréation nocturne a le mérite d’être encore plus fabuleuse.

Petit pied-de-nez de la part de nos noceurs : ils empruntent avec facilité les escaliers, ascenseurs et usent même d’objets conçus pour les hommes en guise d’accessoire de soirée... ils n’ont plus de limites dans l’imitation.

Avec finesse, Isabelle Simler nous donne le goût au merveilleux.

Pour lire cet article en ligne...

© ÉDITIONS COURTES & LONGUES   |   Contact   |   Points de vente   |   Conditions générales de vente
Site réalisé par Mosquito et Paris-Beyrouth, Horaires cinémas, Lebanese fashion.